Art


Dans un lieu clos, deux sculptures de polystyrène sont suspendues par des fils imperceptibles à l’œil du spectateur ; légères, blanches, parfois transparentes, elles dessinent un écran mouvant sur lesquels défilent une série d’images qui racontent leur histoire.

A l’occasion de cette installation réalisée en 2010, Hélène Pestre invite le photographe Jérémie Wach-Chastel, dont elle aime le parcours et l’engagement, à venir greffer sa propre réflexion sur son travail.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s